Revue de Presse #17 du Capitaine
Revue de Presse

Revue de Presse #17 du Capitaine

4 min. de lecture

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.

Passage à l’heure d’été : Les économies d’énergie sont-elles au rendez-vous ?

Un agent effectue manuellement le changement d’heure à l’heure d’été sur une horloge à Paris, le 26 mars 2021 – Bertrand Guay © 2019 AFP

Dimanche dernier la France, à l’instar de cinquante autres pays, est passée à l’heure d’été. À 2h du matin le 27 mars dernier, il était 3h. Au-delà du plaisir de profiter d’une heure d’ensoleillement de plus, se cache l’argument d’une réduction de consommation d’énergie. Un argument qui fait débat à chaque solstice. A l’époque de sa mise en place, dans les années 70, ce changement d’heure pouvait réduire de façon considérable la dépense en électricité d’une nation, aujourd’hui l’ADEME ne lui attribuerait plus que 0,07% d’économie d’énergie électrique. Une économie équivalente à la consommation annuelle de 70.000 foyers français. Pourtant, en 2017, selon une étude du Service de recherche du Parlement européen, le changement d’heure permettrait de réaliser une économie de 0,5% à 2,5% selon les pays. Une tendance à la baisse puisqu’il y a 26 ans, l’économie mondiale d’énergie était de 1200 GWh/an, dans 8 ans elle pourrait avoisiner les 300 GWh/an. Selon un sondage de 2019, 84% des français sont opposés à cette manipulation du temps. Pour autant, la fin du changement d’heure n’est pas programmée pour tout de suite. Le Parlement européen avait prévu de décider son maintien ou non au sein de la communauté européenne, mais le débat a été repoussé à cause de la crise sanitaire et plus récemment de la guerre en Ukraine.

Carte RoadMate : frais de mobilité et compensation carbone

Une carte bancaire peut-elle vraiment financer des projets de compensation carbone ? C’est en tout cas la vocation du projet fintech RoadMate. Fondée par Mehdi Tanouti et Thierry Cosme, cette start-up française accompagne les entreprises dans leurs engagements climatiques. « Pour chaque transaction, la start-up affecte une partie de sa commission à des projets de boisement et de reboisement en France ». Plateforme de covoiturage au moyen de paiement en passant par un agrégateur de mobilité, RoadMate évolue et se place aujourd’hui comme un gestionnaire de mobilité durable. Concrètement, comment ça marche ? Affiliée au réseau MasterCard, cette carte bancaire est un moyen de paiement permettant de régler tout type de mobilité “douce”. Ces services de transports sont regroupés en une application éponyme et propose des trajets en co-voiturage, vélo, trottinette, scooter, etc. « Plus de 5 000 services de mobilité douce peuvent s’utiliser avec la carte », indique la start-up. Cette carte bancaire peut donc être assimilée à un carnet de chèque dématérialisé distribué aux employés pour qu’ils puissent régler tout type de dépenses en lien avec leurs mobilités durables.

Pamproux. Des arbres reçus en compensation carbone du Tour Poitou-Charentes

Les élèves de CP-CE1 ont participé à la plantation des arbres dans l’espace vert de la piste de roller.

Quand les compétitions cyclistes se mettent au vert ! Fin août dernier, avait lieu la 35e édition du Tour Poitou-Charentes en Nouvelle Aquitaine. Regroupant 20 équipes, et 102 coureurs cette compétition cycliste de haut niveau parcourt en 4 jours 166 km. Une empreinte carbone considérable si on prend en compte les véhiculent des juges, commissaires, chronométreurs, équipes techniques et de sécurité. Ainsi, pour compenser ces émissions de carbone, l’association Poitou-Charentes animation a mis en place des actions de compensation auprès des communes hôtes de l’évènement. À Pamproux, dans les Deux-Sèvres, douze arbres ont été plantés avec les élèves de la classe CP-CE1 de l’Ecole élémentaire de Pamproux. Une activité autant citoyenne qu’éducative puisque Alain Jaffrenou, chargé de protection de la planète et de l’éco responsabilité adressa aux enfants quelques conseils. A terme, ces arbres seront en mesure d’absorber une petite partie des émissions de gaz à effet de serre engendrées par l’évènement.

Comment réduire et compenser les émissions carbone d’un séminaire en entreprise ?

Réduire et compenser ses émissions en séminaire, une pratique RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) de plus en plus engagée au sein de politiques évènementielles des entreprises. Entre le transport, le logement, et les activités, l’addition carbone d’un séminaire d’entreprise peut vite monter. Capitaine Carbone vous indique donc comment réduire puis compenser ses émissions secteur par secteur. De l’hôtellerie aux offres alimentaires en passant par la gestion de déchets, cet article regroupe les bonnes pratiques pour décarboner efficacement un séminaire professionnel.

Vous aimerez aussi

Revue de Presse #23 du Capitaine

Revue de Presse #23 du Capitaine

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.
Revue de Presse #22 du Capitaine

Revue de Presse #22 du Capitaine

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.
Revue de Presse #21 du Capitaine

Revue de Presse #21 du Capitaine

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.