Revue de Presse #86 du Capitaine
Revue de Presse

Revue de Presse #86 du Capitaine

3 min. de lecture

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.


 Pollution : à Lille, un bonus de 2 euros par trajet sans voiture

Image par Murillo de Paula sur Unsplash

La ville de Lille a inauguré ce lundi 4 septembre un « éco-bonus » à destination de ses habitants. Ce dispositif leur permet de bénéficier d’un avantage financier, s’ils choisissent de se déplacer de manière écologique. Une première en France qui a pour but de réduire les embouteillages et par conséquent de diminuer le taux de pollution sur les autoroutes A1 et A23. Pour bénéficier de cet « éco-bonus », la métropole Lilloise préconise le télétravail, le co-voiturage, les moyens de transports écologiques (vélo, trottinette…) et les transports en communs. La ville récompense chaque trajet éco-responsable d’une somme de 2 € avec un plafond pour l’instant établi à 80 euros par mois. Une initiative qui pourrait inspirer les entreprises souhaitant réduire l’empreinte carbone liée aux déplacements de leurs collaborateurs.

Lire l’article en intégralité sur Reporterre

Réduire l’empreinte carbone de la tech, nouvelle promesse pour l’IA

Image par Steve Johnson sur Unsplash

Le numérique est responsable de la présence de 3 à 4 % des gaz à effets de serre dans notre atmosphère selon l’« ARCEP ». Ce chiffre devrait même s’élever à 5,5 % d’ici 2025. Il devient donc impératif de réguler les émissions carbones de ce secteur en plein développement. Pour l’instant très énergivore, l’IA pourrait néanmoins s’avérer être une solution possible pour réduire l’impact négatif du numérique sur l’environnement. Jensen Huang, PDG d’Nvidia, leader mondial du calcul informatique, estime que l’IA jouera un rôle important dans la diminution des services « cloud » polluants, grâce à sa rapidité de calcul. L’intérêt de l’IA serait multiple, elle permettrait, par exemple, à un appareil électronique de générer 90 % des pixels de son écran, minimisant leur consommation et diminuant ainsi leur empreinte carbone. Certains spécialistes restent toutefois sceptiques, et ne croient pas que l’IA soit la piste à privilégier pour un numérique plus sobre.

Lire l’article en intégralité sur La Provence

Climat : Bras de fer entre Jean Jouzel et le Medef

Image par Martin Adams sur Unsplash

« Il ne m’a pas dit que j’avais tort, mais en substance, il a expliqué pourquoi il allait continuer comme avant ». Le 28 et 29 août se sont tenues les Universités d’été du Medef. L’occasion pour Jean Jouzel, paléoclimatologue, de partager ses inquiétudes quant à l’« inertie » des entreprises face au développement des énergies renouvelables. Interrogé par Les Échos, Jean Jouzel s’est dit s’être senti « déçu » du manque d’écoute des chefs d’entreprises présents, notamment Patrick Pouyanné, patron de TotalEnergies. Malgré les preuves implacables du bouleversement du climat apportées par la communauté scientifique, Patrick Pouyanné se serait montré peu concerné par les problématiques environnementales. Sans nier les faits qu’ils lui sont reprochés, le patron de TotalEnergies utilise « la vie réelle » comme argument de défense pour expliquer son manque d’investissement du côté des énergies renouvelables, et la poursuite de ses projets dans les énergies fossiles. L’issue de cet échange n’a cependant pas découragé Jean Jouzel à continuer son combat pour la planète, il a confirmé : « ne pas baisser les bras ».

Lire l’article en intégralité sur Le Figaro

Avec la “Déclaration de Nairobi”, l’Afrique demande des investissements pour une croissance verte

Nairobi, capitale du Kenya, a accueilli, du lundi 4 au mercredi 6 septembre, le premier sommet du climat en Afrique. Une première édition ayant récolté 23 milliards d’euros et surtout célébrée l’adoption de la « Déclaration de Nairobi » par les pays présents. Servant de ” base à la position commune de l’Afrique dans le processus mondial sur le changement climatique jusqu’à la COP28 et au-delà “. Cette déclaration vise à « concrétiser le potentiel du continent pour une croissance verte », des propos tenus par William Ruto, président du Kenya. Concrètement, l’objectif de cette déclaration est de passer de 56 gigawatts de production d’énergies renouvelables en 2022 en Afrique, à 300 gigawatts en 2030. Le président kényan espère, avec ce développement des capacités de productions des énergies renouvelables, « lutter contre la précarité énergétique et renforcer l’approvisionnement mondial en énergie propre et rentable ». Les présidents du continent africain appellent aussi à un allégement de la dette financière qui pèse sur l’économie de leurs pays et qui ralentirait l’accroissement de la production des énergies renouvelables, trop chères à produire.

Lire l’article en intégralité sur France 24

Vous aimerez aussi

Revue de Presse #117 du Capitaine

Revue de Presse #117 du Capitaine

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.
Revue de presse #116 du Capitaine

Revue de presse #116 du Capitaine

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.
Revue de Presse #115 du Capitaine

Revue de Presse #115 du Capitaine

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.