Revue De Presse #114 du Capitaine
Revue de Presse

Revue De Presse #114 du Capitaine

4 min. de lecture

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.

Les 12 entreprises les plus transparentes sur leurs actions environnementales

Image par Marcin de Pixabay

En 2023, des entreprises telles que Danone, Kering, HP, L’Oréal, ou encore Philip Morris se sont distinguées par leur transparence et leurs efforts significatifs dans la réduction de leur impact environnemental. Ces entreprises font partie des douze sociétés mondiales ayant reçu la plus haute distinction du CDP (Carbon Disclosure Project), une ONG britannique qui évalue chaque année les initiatives des entreprises dans la lutte contre le changement climatique. Ces distinctions, un triple “A” pour les performances dans les domaines du climat, de l’eau et des forêts, soulignent l’engagement de ces acteurs dans la protection de l’environnement. Parmi les entreprises honorées, sept sont européennes, et certaines, comme L’Oréal, Danone et Beiersdorf, ont maintenu leur excellente notation de l’année précédente. Kering et Philip Morris ont récemment rejoint cette liste grâce à leurs initiatives environnementales. Le rapport, co-écrit avec Oliver Wyman et intitulé Faites circuler l’argent, indique que le manque de financement est un obstacle majeur à la transition écologique pour de nombreuses entreprises. Il souligne également le besoin critique de financements dans le secteur européen de l’électricité qui pourrait manquer de 285 milliards d’euros d’ici 2030, pour développer les énergies renouvelables nécessaires à la décarbonation de l’industrie et des transports.

Jour E 2024 : dans les coulisses de l’événement qui met le business des entreprises au vert

L’édition 2024 de Jour E se tiendra le 4 avril à la Cité des Congrès de Nantes. Organisé par Bpifrance depuis 2020, cet événement vise à fournir des solutions pratiques aux entreprises désireuses de s’engager dans une démarche de protection de l’environnement. Au programme, des ateliers, des pitchs, des masterclasses, et des opportunités de networking offriront aux participants l’occasion de s’inspirer et d’échanger avec des experts et des entrepreneurs engagés dans la transition écologique. Interrogée sur le sujet, Caroline Micheletti-Lacan, en charge du Plan Climat chez Bpifrance affirme que l’événement Jour E « est un moment collectif durant lequel les entrepreneurs rencontrent des experts ultra qualifiés et des personnes inspirantes qui seront en mesure de leur proposer des choses pertinentes pour accélérer leur démarche de transition ». Cette année, l’événement introduit deux innovations : un espace dédié à l’adaptation au changement climatique, où les participants pourront s’informer et tester leurs connaissances via un quiz, et un bureau de l’emploi destiné à connecter les entreprises avec des étudiants en quête d’opportunités professionnelles.

Le marché du carbone, vecteur d’opportunités pour les banques

Société générale

Le marché du carbone est estimé à 50 milliards de dollars d’ici 2030, et les systèmes d’échange de quotas d’émission (ETS) représentent une occasion pour les banques de bénéficier d’une croissance soutenue. Actuellement, ces systèmes ne couvrent que 23% des émissions mondiales, selon la Banque Mondiale, ce qui indique un potentiel de croissance considérable. Lancé en 2005 en Europe, le système d’échange de quotas d’émission (SEQE-UE) a été un succès, générant plus de 100 milliards d’euros pour les États membres de l’UE depuis 2013. Il permet aux entreprises de vendre ou d’acheter des quotas d’émission en fonction de leurs besoins, et la quantité de quotas disponibles diminue progressivement, ce qui augmente leur valeur et encourage la réduction des émissions. Avec l’Europe qui prévoit d’étendre l’ETS à de nouveaux secteurs, les banques ont un rôle clé à jouer dans ce contexte en conseillant les entreprises sur la manière de naviguer dans ce marché complexe et en facilitant l’accès aux échanges de quotas. Elles peuvent également soutenir financièrement l’acquisition de crédits carbone volontaires (CCV) et offrir des fonds de crédits carbone pour regrouper les investissements des clients.

Livelihoods, des crédits carbone à valeur ajoutée

Bien que le marché des crédits carbone soit souvent critiqué pour son manque de régulation, il existe des exemples où l’intégrité et l’efficacité priment. Livelihoods Ventures illustre ce cas de figure avec ses fonds axés sur le carbone et l’agriculture durable. Très concrètement, l’aventure Livelihoods a mobilisé une vingtaine d’entreprises comme Michelin, La Poste ou encore Hermès pour financer des projets en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud soutenant ainsi les efforts des communautés agricoles et rurales pour restaurer les écosystèmes naturels. Ces projets sont des exemples de la manière dont les crédits carbone peuvent être utilisés de façon éthique et rigoureuse pour générer des bénéfices environnementaux et sociaux, au-delà de la simple compensation des émissions.

Vous aimerez aussi

Revue de Presse #117 du Capitaine

Revue de Presse #117 du Capitaine

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.
Revue de presse #116 du Capitaine

Revue de presse #116 du Capitaine

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.
Revue de Presse #115 du Capitaine

Revue de Presse #115 du Capitaine

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.