Revue de Presse #104 du Capitaine
Revue de Presse

Revue de Presse #104 du Capitaine

4 min. de lecture

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.

Climatiques. Des pépètes pour la “climate tech”

CES LAS VEGAS
© Consumer Technology Association

Il y a tout juste une semaine, se concluait le Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, une occasion de faire sur le point sur la question technosolutionniste du jour : la tech peut elle nous sauver du réchauffement climatique ? La réponse est vite trouvée et malheureusement, c’est non…du moins pas en 2023. Cette année encore, le CES de Las Vegas déçoit quant à son engagement en faveur de la “climate tech”. Malgré les articles enthousiastes, le salon présente principalement des gadgets électroniques traditionnels (télés, robots, SUV autonome, etc.). Cependant, “la climate tech” n’est pas un fantasme, avec des entreprises comme H2 Green Steel et Northvolt en tête des levées de fonds de la climate tech en 2023. Bien que les investisseurs parient sur la lutte contre le changement climatique, les investissements en capital-risque, eux, ont chuté de 31%. Ballotté entre les incitations consuméristes et les préoccupations de frugalité face à la crise climatique, le CES de Las Vegas nécessite un changement de perspective vers des critères de durabilité technologique.

ArcelorMittal : 850 millions d’euros investis par l’État pour faire de la France “le leader de la décarbonation”

850 millions. C’est le nombre d’euros qu’a investi l’État dans la décarbonation du site d’ArcelorMittal à Dunkerque, l’une des plus grandes sources de pollution en France. Sur place dimanche dernier, les ministres de l’Économie et de la Transition écologique ont réaffirmé l’objectif associé à cette enveloppe à savoir atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. En effet, le gouvernement considère ce site sidérurgique comme une priorité pour la décarbonation industrielle. Toutefois, le financement est conditionné par la réalisation réussie du projet, avec la possibilité pour l’État de récupérer les fonds si les objectifs ne sont pas atteints. La première phase du projet, approuvée par la Commission européenne en juillet 2023, prévoit la construction d’une unité de réduction directe du fer et de deux fours électriques, réduisant ainsi de 6 % les émissions nationales. Les nouvelles installations utiliseront principalement l’électricité de la centrale nucléaire de Gravelines, renforçant la compétitivité de la France dans l’industrie décarbonée. À terme, le site envisage de recourir à l’énergie hydrogène, démontrant ainsi l’avance de la France dans la décarbonation par rapport aux autres pays industrialisés.

Danone attaqué par des consommateurs sur la neutralité carbone d’Evian : “on est dans une nouvelle ère, celle de la preuve”

Depuis le 10 janvier dernier, Danone fait face à une action en justice de consommateurs américains remettant en question l’allégation de “neutralité carbone” des bouteilles d’eau Evian. Selon l’agence de presse Reuters, les plaignants estiment avoir été induits en erreur quant au processus de fabrication émettant du CO2 malgré la certification de neutralité carbone obtenue par Evian en 2020. Pour Nusa Urbancic, PDG de la fondation Changing Markets, cette affaire symbolise la méfiance croissante des consommateurs envers le greenwashing des entreprises : “Les gens se rendent compte que tout cet argent supplémentaire qu’ils dépensent pour des produits dits verts n’a pas vraiment l’impact qu’on leur avait promis”. Alors que toute diffusion et promotion de produits et services neutre en carbone sont interdites pour les annonceurs en Europe depuis un an, la législation tend à se durcir comme le précise l’article : “D’ici 2026, les entreprises ne pourront plus utiliser des allégations de neutralité carbone à moins qu’elles ne puissent prouver que ces allégations sont exactes.”

Dérèglement colorimétrique. Record de chaleur en 2023 : le climat vire au rouge, les «bandes de réchauffement» doivent trouver de nouvelles teintes

© Ed Hawkins

En 2023, les températures mondiales ont atteint un record, avec une moyenne de 14,98 °C, nécessitant une adaptation des “warming stripes”, représentations graphiques des températures annuelles. Conçues par le climatologue Ed Hawkin, ces bandes colorées devraient “intégrer une toute nouvelle couleur” pour refléter l’écart de 1,48 °C par rapport à l’ère préindustrielle. C’est en tout cas ce qu’affirme son créateur dans un communiqué paru en début d’année sur le site de l’université de Reading. Cette évolution souligne l’urgence d’agir, dépassant même les prévisions scientifiques. Ed Hawkin espère que cette modification visuelle continuera à susciter des conversations sur le changement climatique et appelle à des actions plus rapides en 2024 pour éviter un emballement du climat mondial.

Vous aimerez aussi

Revue de presse #125 du Capitaine

Revue de presse #125 du Capitaine

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.
Revue de Presse #124 du Capitaine

Revue de Presse #124 du Capitaine

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.
Revue de Presse #123 du Capitaine

Revue de Presse #123 du Capitaine

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.