Revue de Presse #79 du Capitaine
Revue de Presse

Revue de Presse #79 du Capitaine

4 min. de lecture

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.

Un projet de l’Apad obtient le label bas carbone

Image par Sabine de Pixabay

« Du carbone au cœur des sols » voici le nom du projet de compensation carbone fraîchement labellisé Label bas-carbone. Porté par les agriculteurs et mené par l’Association pour la promotion d’une agriculture durable (Apad), ce projet collectif consiste à préserver les sols, à restaurer la biodiversité et à lutter contre le réchauffement climatique, tout en produisant une alimentation de qualité en quantité. Comme l’annonce l’association : « C’est le plus important projet Label bas-carbone méthode grandes cultures mis en œuvre par des agriculteurs, rassemblant 215 fermes et plus de 38 000 ha en France ». À terme, l’Apad entend vendre 250 000 crédits carbone au prix de 65€ l’unité sur le marché de la compensation volontaire. Le collectif d’agriculteurs va même plus loin en proposant aux entreprises et collectivités de devenir “Allié Carbone” pendant 5 ans : « Votre contribution financière permet d’abonder un fond collectif, reversé aux agriculteurs engagés dans le projet. Vous rémunérez les agriculteurs avec le minimum d’intermédiaires pour la mise en place de techniques de production vertueuses et durables. »

Aux Sables-d’Olonne, ces entreprises veulent tester des projets maritimes plus verts

Image par Francis Medogolo de Pixabay

Le 7 juillet dernier, aux Sables-d’Olonne, le Pôle Mer Bretagne Atlantique et Les Sables-d’Olonne Développement ont annoncé les 3 projets lauréats de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) sur le thème de l’innovation maritime. L’objectif était de trouver des entreprises porteuses de projet et ainsi de faire émerger des solutions relatives au développement durable et à l’efficacité énergétique du territoire de l’agglomération vendéenne. Le premier projet, MERS (pour Mutation Énergétique et Résilience du territoire portuaire Sablais), porté par l’entreprise Akajoule, a pour objectif d’augmenter la résilience énergétique du territoire. Pour cela, le projet prévoit d’engager une mutation énergétique de la zone portuaire des Sables d’Olonne en électrifiant notamment les activités du port (pêche, plaisance, commerce) à l’aide de systèmes de production d’énergie électrique bas carbone. Le second projet porté par la société YS Énergies Marines vise à utiliser la houle de la mer pour produire de l’énergie électrique. Enfin, le dernier projet sélectionné consiste à prolonger la durée de vie des bateaux en les reconditionnant. Basé sur un chantier naval au Pouliguen, l’entreprise Yuniboat est spécialisée dans l’entretien, la maintenance, la réparation ainsi que le dépannage de bateaux. Le projet prévoit notamment de transformer les anciens moteurs diesels des embarcations récoltées par des moteurs fonctionnant au biocarburant. 

Fertiliser les océans, est-ce une bonne idée pour le climat ?

Photo de isaac mijangos – Pexels

La géo-ingénierie au secours des océans ? C’est en tout cas les promesses de la fertilisation au fer, une technique de géo-ingénierie qui vise à stimuler artificiellement la captation de GES des océans, premier puits de carbone au monde. Pour rappel, on estime que les océans séquestrent environ 26% de nos émissions de GES chaque année. Cette capacité à absorber les GES provient des phytoplanctons, de minuscules végétaux verts qui recouvrent la surface de l’eau. À l’instar des plantes chlorophylliennes, les phytoplanctons vont absorber le carbone grâce à la photosynthèse. Comme l’explique l’auteur, Florentin Roy : « La fertilisation consiste donc à  booster la capacité de photosynthèse de ces planctons en déversant des nutriments, comme du fer ou de l’azote, dans les milieux marins. ». Mais la fertilisation au fer a aussi des répercussions sur la faune et la flore maritime. Dans une note du secrétariat canadien de consultation scientifique rédigée en 2010, ce dernier faisait déjà part des « potentiels risques écologiques élevés et des perturbations de l’écosystème possiblement irréversibles ». Quoi qu’il en soit, la fertilisation au fer n’a que peu d’intérêt sans une politique globale de réduction des émissions d’après le réseau d’institutions de recherche Plateforme Océan & Débat. Selon eux, la fertilisation des océans permettrait de capter et de séquestrer un peu plus de 40 milliards de tonnes d’eq CO2 d’ici 2100, l’équivalent des émissions de l’Homme en une année.

François Perret : « Une stratégie ambitieuse de décarbonation de l’économie ne peut faire l’impasse sur les PME »

François Perret – Directeur général de Pacte PME

L’Alliance Pacte PME a été lancée officiellement le 13 juillet au ministère de l’Économie et des Finances à Paris. Cette initiative entend réunir l’État, les grandes entreprises et les petites et moyennes entreprises (PME) dans le but de décarboner les activités de ces dernières. Qu’est-ce que le Pacte PME ? Quels sont les enjeux liés à la décarbonation des PME françaises ? En quoi consiste exactement cette alliance entre grands groupes, Etat et PME pour la décarbonation de ces dernières ? Au micro d’environnement-magazine.fr, François Perret, directeur général de Pacte PME, nous propose un décryptage de cette alliance prometteuse.

Vous aimerez aussi

Revue de Presse #121 du Capitaine

Revue de Presse #121 du Capitaine

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.
Revue de Presse #120 du Capitaine

Revue de Presse #120 du Capitaine

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.
Revue de Presse #119 du Capitaine

Revue de Presse #119 du Capitaine

Chaque vendredi, Capitaine Carbone sélectionne pour vous l’essentiel de l’actualité française et internationale autour des enjeux de la neutralité carbone et des questions climatiques.