La convention « Éco Performance » Rhône-Alpes-Auvergne au secours des TPE-PME

Le 13 avril 2021, l’ADEME et la CPME Auvergne-Rhône-Alpes ont annoncé la signature de la convention « Éco Performance PME ». Objectif : mobiliser ces organisations de taille petite et moyenne pour faciliter leur engagement dans des actions concrètes et structurantes de transition écologique. Un budget de deux milliards d’euros a été accordé par le gouvernement pour aider ces deux structures à remplir leur mission sur la période 2021-2022.

C’est le plan de « France Relance » qui chapeaute cette initiative et il était temps, car les TPE-PME restaient les oubliés de la politique de décarbonation française, elles qui ne représentent pas moins de 99,7% de son activité économique. Si les grandes entreprises de l’hexagone ont en effet l’obligation de rendre des comptes concernant leurs émissions de gaz à effet de serre, de réduire et de compenser, le fait de ne pas y être encore contraintes éloigne les plus petites entreprises du cercle vertueux de la transition écologique. Le manque d’outils et de leviers spécifiquement pensés pour elles (la majorité silencieuse) – tant pédagogiques, que pratiques et financiers – a contribué à faire naître un sentiment de frustration face à l’ampleur et la complexité d’un devoir à accomplir, suggéré, mais non imposé et encore moins guidé sur le terrain. 

Le 13 avril 2021, l’ADEME et la CPME Auvergne-Rhône-Alpes ont annoncé la signature de la convention « Éco Performance PME ». Objectif : mobiliser ces organisations de taille petite et moyenne pour faciliter leur engagement dans des actions concrètes et structurantes de transition écologique. Un budget de deux milliards d’euros a été accordé par le gouvernement pour aider ces deux structures à remplir leur mission sur la période 2021-2022.

Former pour agir concrètement en faveur de la transition écologique !

La stratégie de la convention « Éco Performance » consiste globalement à former les entrepreneurs à la transition verte et à les accompagner pour mettre en œuvre des réalisations concrètes. Pour cela, des aides forfaitaires plus accessibles et rapides ont été déployées. Plusieurs appels à projets relatifs à la décarbonation de l’industrie, notamment, mais aussi au soutien de recyclage des plastiques, au développement de l’énergie hydrogène, de l’inondation des autres énergies nouvelles ou encore de la reconversion de friches industrielles polluées sont enfin lancés. La CPME prévoit d’embaucher un Chef de projet pour ce dispositif « Éco Performance », afin de conduire les entreprises de la région vers une transition douce et une activité bas-carbone.

Ce programme d’actions écologiques débute par la réalisation d’une série de diagnostics pour mesurer les enjeux énergétiques et environnementaux de ces organisations : l’état des lieux classique lié à la phase d’évaluation. Largement inspirées par les recommandations de l’ADEME, l’identification de leurs besoins réels et les opportunités d’optimisation de leur chaîne de production font également partie du programme (analyse énergétique, matières premières / déchets, stratégie de mobilité, etc.). Ensuite, plusieurs dispositifs d’appui technique et/ou financier, adaptés à la taille de l’entreprise – détail important – amorceront des actions concrètes. Ces solutions sont propulsées par l’ADEME et incluront plusieurs programmes du plan « France Relance », principalement en ce qui concerne la transition écologique et la politique de décarbonation de l’industrie de sorte à leur proposer des solutions personnalisées, enfin !

Les TPE et PME sont au centre de nos préoccupations.
Photo des témoignages Capitaine Carbone
@Raccol_studio – Freepik

La boite à outils du plan « Éco Performance »

Pour connaître et réduire leur impact environnemental, les entreprises de Rhône-Alpes-Auvergne pourront disposer du « Diag Éco-Flux », un outil de diagnostic qui se focalise sur les économies d’eau, d’énergie, de matières et de déchets.  Il s’agit d’un accompagnement de type Premium, personnalisé et étalé sur une période de 12 mois. Il est adapté pour les PME, ETI et groupes du secteur de l’industrie, de la distribution, de l’hôtellerie et de la restauration dont l’effectif est compris entre 20 et 250 salariés. L’expert qui accompagne le dispositif identifie des économies concrètes et mesurables avec un retour sur investissement inférieur à un an. Le coût est de 1000 € pour les entreprises de 20-49 salariés et de 1500 € pour celles entre 50 et 250 salariés.
Pour vous inscrire, c’est ici

Les entreprises de moins de 20 salariés ne sont pas oubliées, car une prestation équivalente est mise en œuvre par les réseaux des Chambres de Commerces et d’Industrie et les Chambres des Métiers de l’Artisanat d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Le “Prêt Vert” de l’ADEME et de Bpifrance

Ce Prêt Vert – garanti et bonifié – finance les investissements de TPE, PME et ETI visant à maîtriser et diminuer les impacts environnementaux des procédés. Citons parmi eux l’économie circulaire, la performance énergétique des sites, la mobilité « Zéro carbone » des salariés et des marchandises, l’innovation des produits ou des services en matière de protection de l’environnement et celle permettant une réduction de la consommation d’énergie. Son montant se situe entre 10 000 € et 1 000 000 € sur une période de trois à dix ans. 
En savoir plus

Le Prêt « Économie d’énergie » signé Bpifrance

Lui aussi est garanti et bonifié grâce aux certificats d’économies d’énergie (CEE) portés par le Ministère de l’écologie. Il s’adresse aux PME de plus de trois ans et les engage dans un programme d’investissement visant à améliorer leur efficacité énergétique. Le montant de ce prêt se situe entre 10 000 € et 500 000 € et s’étale sur trois ou sept ans.
En savoir plus

D’autres dispositifs viennent soutenir le plan d’accélération de la transition écologique des TPE et PME, comme celui du Club des Entrepreneurs engagés pour le Climat, l’outil d’autodiagnostic en ligne de Bpifrance dénommé « le Climatomètre » ou encore la 2e promotion de l’Accélérateur PME industrielles, signée encore une fois par Bpifrance.

Investir dans la décarbonation avec l’ADEME

Si vous souhaitez investir dans la décarbonation de votre activité, découvrez le parcours « Décarbonation » de l’ADEME. Il offre des conseils, des ressources, des retours d’expériences et des dispositifs qui soutiennent la réduction des émissions de gaz à effet de serre du secteur industriel. Vous allez pouvoir ainsi optimiser l’efficacité énergétique de votre production avec des projets d’investissement de plus ou moins 3 M€, investir dans des systèmes de Biomasse énergie et accéder à un appel à projets « Énergie CSR » (Combustibles Solides de Récupération).

En savoir plus sur le plan “Éco Performance.

Crédit photo couverture : @Pressfoto – Freepik

Vous aimerez aussi

Conférence Neutrality : les grands enjeux du marché de la contribution à la neutralité carbone

Neutrality, la première conférence nationale consacrée à la contribution à la neutralité carbone, s'est tenue le 23 juin dernier, au siège de l'Académie d'agriculture. Entre tables rondes et ateliers interactifs, de nombreux intervenants aux profils divers ont apporté leur éclairage sur le marché de la contribution carbone dans toute sa complexité et sa diversité. Des échanges inspirants que Capitaine Carbone a suivi avec attention afin de vous en restituer la quintessence.

Le Greenwashing : quand l’envers du décor n’est ni tout rose ni tout vert !

Mais en quoi consiste exactement le Greenwashing ? Comment ne pas tomber dans le piège ? Comment devenir un consommateur, client ou fournisseur éclairé ? Capitaine Carbone vous dit tout sur l’infernale machine du Greenwashing, « en vert et contre tout »...